14/12/2006

Scission de la Belgique

drapeau belgeAlors là ils ont mis le paquet les journalistes de la Une!
Apparemment suite à l'émission qui est passée hier soir, ça a bouleversé pas mal de monde... Il est vrai qu'au début ça semblait si réel, tellement bien mis en scène... Après 40 minutes, on a pu voir que c'était une fiction...
Et vous, vous en pensez quoi de cette énorme mascarade?

13:00 Écrit par Crazy | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

j'en pense que ce matin, en ville, tout le monde ne parlait QUE de ça! Alors...

Écrit par : dominique | 14/12/2006

splendide fiction .

Écrit par : éléctions 2006 | 14/12/2006

Pour une belgique unie Dans un premier temps, je me permettrais d'émettre mon opinion sur la gouvernance un peu catastrophique de notre pays car s'il est vrai que certains tentent de gerer au mieux les interêts de la Belgique, cela ne compense pas l'incompétence de beaucoup de nos élus. Tout d'abord, quel est l' utilité, pour un petit état comme le nôtre d'avoir 7 gouvernements différents (3 communautaires, 3 régionaux et 1 fédéral) et cela sans compter les 10 gouvernements provinciaux.
Il est utile de savoir qu'en Belgique, nous avons plus de ministre que la France, le Luxembourg et les Pays-bas réunis. Je peux comprendre qu'il soit nécessaire de placer les amis des amis à des postes importants, quitte pour cela à créer des ministères et des gouvernements inutiles mais là, c'est au détriment du pays. Et que dire des revendications de quelques agités séparatistes, élus au nord du pays par une minorité de flamingants qui oublient un peu vite que leurs pères sont venus travailler en wallonie parce que la flandre était à l'époque moribonde. l'histoire de notre pays est ainsi faites que depuis sa création en 1830, tous les 50 ans en moyenne, l'emploi et les richesses qui en découlent change de région (les industries gantoises et brugeoise jusqu'en 1890, les aciéries cockerill à liège et à charleroi de 1900 à 1970 puis les mines Limbourgeoises maintenant fermées, etc..). bref, si la Flandre va bien maintenant, il n'en sera peut-être plus de même dans 10 ou 20 ans.
Et si certains veulent une Flandre indépendante, ce n'est pas le cas de la grande majorité des concitoyens de notre pays. Et nos politiciens, au lieu de se disperser en futiles querelles ferait bien de se mettre à table et de créer un gouvernement capable de tirer la Belgique hors de l'ornière ou nous ont mis leurs prédécesseurs. en 177 ans d'existence, à quelques rares exception près ( la guerre de quarante et la question royale) la belgique n'est jamais restée aussi longtemps sans gouvernement. Vous pourrez lire la suite de mon blog dans les prochains jours.
ça y est, enfin de retour, et pendant que j'étais en vacances, les choses ont apparement un peu bougé! Mr Leterme à jeté le gant et on cherche des solutions à la belge. on nous à parlé de faire intervenir Mr Reynders en tant que nouveau Formateur, ce qui n'aurais pas été plus mal pour contourner les problèmes communautaires, puis on nous à dit que deux médiateurs allaient discuter avec les présidents de partis en glissant finalement vers un retour en force des dinosaures de la politique belge, Mrs Dehaene et Martens en tête (ceux-là même qui ont fédéralisé le pays et grâce auxquels nous sommes dans cette situation aujourd'hui) pour trouver des solutions.
On à d'ailleurs discrètement évoqué la possibilité de se passer de la NVA, le parti nationaliste flamand en cartel avec le CD&V lors des élections. C'est encore une fois passer par dessus la tête des électeurs. Il est plus que temps de se mettre au boulot et areter de tergiverser, il faut agir maintenant. Il faut mettre de coté les revendications communautaires de certains nationalistes flamands (il y en à aussi des wallons, et même des ceux qui voudraient bien qu'on devienne des français). Il est l'heure de faire en sorte que la belgique se redresse, céer de vrais emplois, en ramenant progressivement les charges salariales à un niveau acceptable (de l'ordre de 10 à 15 %) afin que les grosses entreprises se réinstallent en Belgique, tant au nord qu'au sud du pays. Il faut cesser d'inciter les chômeurs à travailler au noir pour compléter un salaire qui ne leur permet pas de nourrir leur famille par un travail précaire sans aucun avenir. Donnons dans un premier temps, moins d'argent aux pays étrangers, fussent-ils en voie de dévelopement, et réinvestissons dans des formules qui créent de véritables emplois, aidons mieux les personnes, jeunes ou moins jeunes qui désirent créer une entreprise et ainsi créer des postes de travail et lorsque d'ici quelques années, la prospérité aura refait son apparition, alors il sera encore temps d'aider financièrement les autres pays.
11 novembre, anniversaire de l' armistice d'une guerre pour laquelle se sont battus nos arrières grand parents qui doivent se retourner dans leurs tombesen voyant dans quel état est le pays pour lequel ils se sont battus. 11 novembre et bien des choses se sont passées depuis mon dernier message.
Après 156 jours sans gouvernement, des prix qui s'envolent et personne pour y mettre un frein, un gouvernement en affaires courantes qui n'à plus aucunes décisions à prendre et un formateur court circuité par son propre parti, la voie était libre pour les politiciens flamands, convaincus d'être investis de la divine mission de réduire à néant 177ans de Belgique en votant d'abord, la scission de BHV. Ensuite, ce sera quoi, le vote d'une flandre indépendante, la confisquation du palais royal pour y installer le siège de la Vrij Vlaamse Republiek? Et que dirait-ils si le gouvernement Bruxellois votait à son tour, puisqu'il est majoritairement francophone, le rattachement des 6 communes à facilités de la périphérie à la ville de Brixelles et qu'en plus, il statuait sur le sort des bourgmestres par encore nommés par le gouvernement flamand. Les politiques flamands crieraient au scandale.
J'insiste sur la notion de Politiques car je reste persuadé que seule une toute petite partie du peuple flamand souhaite la séparation du pays. Puisque les politiciens flamands sont si surs d'eux, pourquoi ne pas faire un referendum auprès du peuple, et si le résultat est bien celui que la NVA et autres semble croire, alors je dirais OK, séparons nous. Mais aucun politicien dans ce pays, flamand ou francophonene prendra le risque de voir ses espoirs déçus.
Il faut à la tête de ce pays, des gens qui pensent Belgique et non Flandre ou Wallonie, des gens qui pensent au bien être de la population et non à celui de leur portefeuille;

Écrit par : Verschooten marc | 24/11/2007

La suite Dans un premier temps, je me permettrais d'émettre mon opinion sur la gouvernance un peu catastrophique de notre pays car s'il est vrai que certains tentent de gérer au mieux les intérêts de la Belgique, cela ne compense pas l'incompétence de beaucoup de nos élus. Tout d'abord, quel est l'utilité, pour un petit état comme le nôtre d'avoir 7 gouvernements différents (3 communautaires, 3 régionaux et 1 fédéral) et cela sans compter les 10 gouvernements provinciaux.
Il est utile de savoir qu'en Belgique, nous avons plus de ministre que la France, le Luxembourg et les Pays-Bas réunis. Je peux comprendre qu'il soit nécessaire de placer les amis des amis à des postes importants, quitte pour cela à créer des ministères et des gouvernements inutiles mais là, c'est au détriment du pays. Et que dire des revendications de quelques agités séparatistes, élus au nord du pays par une minorité de flamingants qui oublient un peu vite que leurs pères sont venus travailler en Wallonie parce que la Flandre était à l'époque moribonde. L’histoire de notre pays est ainsi faite que depuis sa création en 1830, tous les 50 ans en moyenne, l'emploi et les richesses qui en découlent change de région (les industries gantoises et brugeoise jusqu'en 1890, les aciéries Cockerill à liège et à Charleroi de 1900 à 1970 puis les mines Limbourgeoises maintenant fermées, etc..). bref, si la Flandre va bien maintenant, il n'en sera peut-être plus de même dans 10 ou 20 ans.
Et si certains veulent une Flandre indépendante, ce n'est pas le cas de la grande majorité des concitoyens de notre pays. Et nos politiciens, au lieu de se disperser en futiles querelles ferait bien de se mettre à table et de créer un gouvernement capable de tirer la Belgique hors de l'ornière ou nous ont mis leurs prédécesseurs. en 177 ans d'existence, à quelques rares exception près ( la guerre de quarante et la question royale) la Belgique n'est jamais restée aussi longtemps sans gouvernement. Vous pourrez lire la suite de mon blog dans les prochains jours.
ça y est, enfin de retour, et pendant que j'étais en vacances, les choses ont apparemment un peu bougé! Mr Leterme à jeté le gant et on cherche des solutions à la belge. on nous à parlé de faire intervenir Mr Reynders en tant que nouveau Formateur, ce qui n'aurais pas été plus mal pour contourner les problèmes communautaires, puis on nous à dit que deux médiateurs allaient discuter avec les présidents de partis en glissant finalement vers un retour en force des dinosaures de la politique belge, Mrs Dehaene et Martens en tête (ceux-là même qui ont fédéralisé le pays et grâce auxquels nous sommes dans cette situation aujourd'hui) pour trouver des solutions.
On à d'ailleurs discrètement évoqué la possibilité de se passer de la NVA, le parti nationaliste flamand en cartel avec le CD&V lors des élections. C'est encore une fois passer par dessus la tête des électeurs. Il est plus que temps de se mettre au boulot et arrêter de tergiverser, il faut agir maintenant. Il faut mettre de coté les revendications communautaires de certains nationalistes flamands (il y en à aussi des wallons, et même des ceux qui voudraient bien qu'on devienne des français). Il est l'heure de faire en sorte que la Belgique se redresse, créer de vrais emplois, en ramenant progressivement les charges salariales à un niveau acceptable (de l'ordre de 10 à 15 %) afin que les grosses entreprises se réinstallent en Belgique, tant au nord qu'au sud du pays. Il faut cesser d'inciter les chômeurs à travailler au noir pour compléter un salaire qui ne leur permet pas de nourrir leur famille par un travail précaire sans aucun avenir. Donnons dans un premier temps, moins d'argent aux pays étrangers, fussent-ils en voie de développement, et réinvestissons dans des formules qui créent de véritables emplois, aidons mieux les personnes, jeunes ou moins jeunes qui désirent créer une entreprise et ainsi créer des postes de travail et lorsque d'ici quelques années, la prospérité aura refait son apparition, alors il sera encore temps d'aider financièrement les autres pays.
11 novembre, anniversaire de l’armistice d'une guerre pour laquelle se sont battus nos arrières grand parents qui doivent se retourner dans leurs tombes en voyant dans quel état est le pays pour lequel ils se sont battus. 11 novembre et bien des choses se sont passés depuis mon dernier message.
Après 156 jours sans gouvernement, des prix qui s'envolent et personne pour y mettre un frein, un gouvernement en affaires courantes qui n'à plus aucunes décisions à prendre et un formateur court circuité par son propre parti, la voie était libre pour les politiciens flamands, convaincus d'être investis de la divine mission de réduire à néant 177ans de Belgique en votant d'abord, la scission de BHV. Ensuite, ce sera quoi, le vote d'une Flandre indépendante, la confiscation du palais royal pour y installer le siège de la Vrij Vlaamse Republiek? Et que diraient-ils si le gouvernement Bruxellois votait à son tour, puisqu'il est majoritairement francophone, le rattachement des 6 communes à facilités de la périphérie à la ville de Bruxelles et qu'en plus, il statuait sur le sort des bourgmestres par encore nommés par le gouvernement flamand. Les politiques flamands crieraient au scandale.







J'insiste sur la notion de Politiques car je reste persuadé que seule une toute petite partie du peuple flamand souhaite la séparation du pays. Puisque les politiciens flamands sont si surs d'eux, pourquoi ne pas faire un referendum auprès du peuple, et si le résultat est bien celui que la NVA et autres semble croire, alors je dirais OK, séparons nous. Mais aucun politicien dans ce pays, flamand ou francophone ne prendra le risque de voir ses espoirs déçus.
Il faut à la tête de ce pays, des gens qui pensent Belgique et non Flandre ou Wallonie, des gens qui
pensent au bien être de la population et non à celui de leur portefeuille;

Je m’étais arrêté la, mais pour vous permettre de terminer votre dissertation, je vais finir le texte.

Nous y voilà, trois ans après avoir cafouillé tant qu’ils ont pu, nos politiciens ont fini par s’autodétruire.
Dans l’incapacité totale de se sortir d’un sujet que les politiciens (et uniquement eux) considéraient comme vital, à savoir B.H.V., ils font sauter le gouvernement.
Nous voilà donc avec une 5ème démission de Mr Leterme, qui, une fois n’est pas coutume, n’est pas de sa faute. Seule consolation pour lui, il pourra toujours se faire inscrire dans le Guinness book comme étant le 1er ministre qui à le plus de fois démissionné sur la planète terre.
Plus prosaïquement, que va-t-il arriver à notre pays. Nul ne peut le dire, mais une chose est sure, jamais les politiques n’ont été aussi éloignés des préoccupations des citoyens.

Il est vrai qu’après pas loin de 1200 jours de gouvernement, la situation sociale et financière des gens n’a pas vraiment évolué. Nos politiques ont passé la majeure partie de leur mandat à se disputer et à voir des problèmes là ou il n’y en avait pas. Posez la question à un habitant de Hal ou de Vilvoorde, et demandez lui ce que cela va changer à sa vie si on scinde B.H.V. ? Clets, rien, nada, nothing, niente… il continuera à faire comme d’habitude, s’exprimer dans sa langue natale et composer face à un concitoyen qui s’exprime dans l’autre langue. Lorsque moi, je vais en Flandre, je m’adresse à mon interlocuteur en néerlandais, et si il voit que je patauge, il essayera de parler français, et dans le pire des cas, wallons et flamands parleront « petit chinois » pour se comprendre.
Nos hommes politiques francophones pensent que les wallons qui vivent en Flandre ont le droit de s’exprimer dans leur langue maternelle et de recevoir leurs documents administratifs dans leur langue. Pourquoi ? Ils ont choisi de vivre en Flandre, qu’ils s’expriment donc dans la langue de Vondel ou qu’ils restent en Wallonie. L’erreur des politiques est de ne pas offrir aux Belges, du nord comme du sud, la possibilité d’apprendre au moins les 2 langues les plus parlées dans ce pays.
En y réfléchissant de plus près, ce serait une solution à de très nombreux problèmes
dits ‘linguistiques’.
Il est maintenant nécessaire, une fois les élections passées, que nos politiciens s’attachent à composer rapidement un gouvernement capable de réellement gouverner un pays, sans s’enliser dans des problèmes créés uniquement par eux et pour eux, pour se donner l’impression de travailler utilement.
Il faut des réformes, tant institutionnelles que sociales ou qui concernent l’emploi. Mais il faut les faire dans le sens de faire avancer le pays vers un avenir commun, pas vers une Flandre et une Wallonie indépendantes au détriment de l’idée générale de la majeure partie (du moins je le pense) des citoyens qui veulent continuer à vivre en Belgique.
Il faut que nos hommes politiques envisagent la possibilité d’un district fédéral totalement bilingue pour Bruxelles. Il faut également penser à la création d’un parti belge, pour lequel on pourrait voter tant en Flandre qu’en Wallonie ou à Bruxelles. Il faut que les hommes politiques mettent en avant le savoir faire qui est le nôtre, voter des lois qui facilite l’installation de grosses entreprises étrangères sur notre territoire afin de créer réellement de l’emploi. Il faut inciter nos enfants au bilinguisme. Il faut également mettre fin à toutes les affaires qui ont plombé la politique de ce pays (affaire de la Carolo, la douche à 13000 € de Marie Arena ou les 530000 € de prime de départ de Mr Happart) en laissant venir au pouvoir la jeune génération.
Le pays à besoin d’un 1er ministre fort et surtout ‘Belgicain’ en souhaitant que toutes les bourdes du précédent gouvernement ne conduise pas des partis comme la NVA a la tête de notre pays.
La seule chose à peu près sure, c’est que je reste convaincu que si un jour, on voulait scinder le pays, les Belges sauraient se faire entendre, quitte à descendre dans la rue.

Écrit par : mverschooten | 26/05/2010

Les commentaires sont fermés.